©sand

Naître au solstice d’hiver. Celui des jours les plus courts, ces jours où la lumière affleure à peine, ceux où elle dispute une maigre place aux gris triomphants. L’univers photographique de Jacques Maton est composé de plusieurs mondes qui cohabitent, communiquent, s’entrechoquent. Curieux par nature, aventurier de l’esprit, il navigue entre balades solitaires à la douce mélancolie et éblouissements graphiques, de rencontres chaleureuses au long cours.
L’image fait partie de sa vie, du plus loin qu’il s’en souvienne. Un temps illustrateur, et sans doute parce que le graphisme lui a permis de gagner sa vie, il pratique l’art de la photographie avec un profond désir d’authenticité, de simplicité et surtout de poésie.
Le paysage est son terrain principal d’expérimentation, bien loin des modes actuelles. L’homme y est très peu présent : dans notre quotidien du 21eme siècle, l’isolement et le calme sont devenus des denrées rares, donc précieuses à ses yeux.
Parmi ses éléments d’inspiration, la mer occupe une place particulière. Elle exerce sur lui une attraction qui le ramène à ses rêves d’enfant : vivre sur un voilier, être citoyen du monde sans terre d’attache.
Elle est sa compagne. Toujours présente. À jamais mystérieuse.

Son univers est riche d’expériences et de liberté, celle de ne jamais se laisser retenir dans un seul espace, comme on refuserait une frontière. Un œil, singulier pluriel.

EXPOSITIONS Vincennes images festival (2017) – Blank wall gallery (Athènes 2015) – Lazaret Ollandini (Ajaccio 2012) PUBLICATION Testi Mori (Ed. Alain Piazzola) – Hors saison (Auto edition) – Yam – Le Monde 2 – Réponse photo – Geo
– Châtelaine PRIX Vincennes images festival – 2017 – Musée national de la marine, bateaux du monde – 2012. – Troisième regards photographiques – 2010.